Les célébrités, leurs fondations et ONG, sont le masque souriant de la machine corporatiste

« Les célébrités jouent un autre rôle majeur : celui d’armes de distraction massive. L’enquête que je mentionne précédemment révèle également que les gens qui s’intéressent le plus aux célébrités sont les moins engagés en politiques, les moins susceptibles de manifester et de voter. Ce qui contredit largement l’affirmation auto-justificatrice souvent véhiculée par les médias selon laquelle les célébrités nous connectent à la vie publique.  »

« Il souligne que la consommation éthique dépend de la circulation d’images dont on pense qu’elles incarnent l’éthique. Et pourtant, leur validité et leur potentiel de diffusion requièrent un certain niveau d’ignorance et de préjugés de la part des consommateurs qu’elles ciblent. La consommation éthique ignore souvent les contextes environnementaux et sociaux plus vastes au sein desquels elle opère. Elle fonde sa prétention éthique sur l’occultation de divers aspects de la production et de la consommation de ses marchandises. […] Il y a cependant, un autre effet plus insidieux que Carrier remarque. La consommation éthique repose sur une croyance sous-jacente, renforcée par chaque achat, selon laquelle « les choix de consommation personnels sont un moyen approprié et efficace pour corriger les nuisances engendrées par le système de production capitaliste ». »

« Le mode de vie confortable et hautement technologique de l’européen (ou de l’américain) moyen est flagramment et largement insoutenable pour la planète. Inciter le monde entier à l’adopter est une forme de suicide. »

Les célébrités, leurs fondations et ONG, sont le masque souriant de la machine corporatiste

Barack Obama n’est pas le super-président que vous imaginez

« Une étude publiée en 2016 par le Pew Research Center (en anglais) montre même que l’antipathie entre sympathisants démocrates et républicains n’a jamais été aussi élevée en vingt-cinq ans.

Outre le clivage politique, le fossé s’est aussi agrandi entre les communautés. « Son élection a agité une autre fraction de la population blanche, qui reste conservatrice et raciste », analyse Orlando Patterson, professeur en sociologie à l’université d’Harvard et référence sur les questions raciales aux Etats-Unis, interrogé par franceinfo. Un sondage publié en 2015 par le New York Times (en anglais) confirme que les Noirs et les Blancs ont le sentiment que leurs relations se sont détériorées depuis 2009.  »

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/barack-obama-n-est-pas-le-super-president-que-vous-imaginez-ses-quatre-plus-gros-rates-a-la-maison-blanche_1902977.html

Un monde fragmenté. Les forces centrifuges de la mondialisation

« LA MONDIALISATION, l’intégration par les échanges, la circulation des personnes, des services et des biens, les tendances à l’uniformisation culturelle ont pu faire croire à une convergence vers l’unité du monde et à la construction d’une « communauté internationale ». Certains avaient théorisé la fin de l’histoire, d’autres encore entrevoyaient que la planète deviendrait plate grâce à l’abolition des barrières physiques et mentales que devait permettre la diffusion universelle des technologies d’information et de communication. L’Europe, construite sur le droit et sur la culture du compromis, apparaissait comme la pointe avancée de ce mouvement. Elle avait aboli la violence comme instrument de règlement des différends entre Etats et au sein des Etats, montrant ainsi l’exemple au reste du monde. Mais l’Union européenne se trouve désormais confrontée à la remise en cause de sa propre cohésion interne, sous l’effet de la crise économique, de la fatigue des opinions vis-à-vis des ambitions intégratrices, et des menaces, dans la suite des crises migratoires, sur ce qui est l’une des manifestations les plus fortes d’unité, Schengen et la libre circulation des personnes. »
http://www.diploweb.com/Un-monde-fragmente-Les-forces.html

Le revenu universel ou l’esprit de défaite

« Cela exonérerait de tout effort de changement, de simplification des normes, d’allégement des contraintes législatives, fiscales et réglementaires pesant sur les entrepreneurs, de lutte contre les rentes (patronales, syndicales, foncières, …), de réforme du système éducatif et de formation, afin de promouvoir davantage l’égalité des chances et d’éviter de concentrer l’essentiel des accès aux grandes écoles aux enfants des catégories sociales favorisées et ceux des enseignants, etc. Toutes ces mesures permettraient à chacun d’optimiser son potentiel et créeraient les conditions d’un meilleur développement économique, nécessaire pour financer le devoir de solidarité au bénéfice de plus faibles de nos sociétés. »

http://la-chronique-agora.com/revenu-universel-esprit-defaite/

Doomsday Prep for the Super-Rich

« If the world ends—and not even if the world ends, but if we have trouble—getting contacts or glasses is going to be a huge pain in the ass,” he told me recently. “ »

« Survivalism, the practice of preparing for a crackup of civilization, tends to evoke a certain picture: the woodsman in the tinfoil hat, the hysteric with the hoard of beans, the religious doomsayer. But in recent years survivalism has expanded to more affluent quarters, taking root in Silicon Valley and New York City, among technology executives, hedge-fund managers, and others in their economic cohort. »

« Most people just assume improbable events don’t happen, but technical people tend to view risk very mathematically.” He continued, “The tech preppers do not necessarily think a collapse is likely. They consider it a remote event, but one with a very severe downside, so, given how much money they have, spending a fraction of their net worth to hedge against this . . . is a logical thing to do.” »

« To manage that fear, Dugger said, he has seen two very different responses. “People know the only real answer is, Fix the problem,” he said. “It’s a reason most of them give a lot of money to good causes.” At the same time, though, they invest in the mechanics of escape. He recalled a dinner in New York City after 9/11 and the bursting of the dot-com bubble: “A group of centi-millionaires and a couple of billionaires were working through end-of-America scenarios and talking about what they’d do. Most said they’ll fire up their planes and take their families to Western ranches or homes in other countries.” One of the guests was skeptical, Dugger said. “He leaned forward and asked, ‘Are you taking your pilot’s family, too? And what about the maintenance guys? If revolutionaries are kicking in doors, how many of the people in your life will you have to take with you?’ The questioning continued. In the end, most agreed they couldn’t run.” »

« As public institutions deteriorate, élite anxiety has emerged as a gauge of our national predicament. “Why do people who are envied for being so powerful appear to be so afraid?” Johnson asked. “What does that really tell us about our system?” He added, “It’s a very odd thing. You’re basically seeing that the people who’ve been the best at reading the tea leaves—the ones with the most resources, because that’s how they made their money—are now the ones most preparing to pull the rip cord and jump »

http://www.newyorker.com/magazine/2017/01/30/doomsday-prep-for-the-super-rich

PODCAST – L’évasion fiscale et les paradis fiscaux

« La richesse offshore représente 8.600 milliards de dollars. 11% du PIB mondial sont aujourd’hui cachés dans des paradis fiscaux, dont l’existence même a un effet direct sur les inégalités sociales. Etat des lieux. »

En 2013, la firme n’aurait payé que 1% d’impôts sur ses bénéfices réalisés en Europe et en 2014, seulement 0,005% au lieux des 12,5%. Elle a ainsi conclu que «l’Irlande avait accordé à Apple des avantages fiscaux indus» par rapport à d’autres entreprises. (fausse la libre concurrence)

 

http://www.rfi.fr/emission/20161218-pays-toucher-evasion-fiscale-paradis-fiscaux-rediffusion

 

Les banquiers ont causé la crise de 2008

« Pour comprendre d’où vient la crise de 2008, il faut revenir en … 1992 ! Certains ne s’en souviennent peut-être pas mais l’année est marquée aux Etats-Unis par des émeutes dramatiques à Los Angeles. Entre le 29 avril et le 4 mai, celles-ci feront entre 53 et 55 morts et plus de 2300 blessés. 11 000 personnes seront arrêtées en l’espace de 6 jours.

Moins d’un an plus tard, Bill Clinton entre à la Maison-Blanche et l’analyse qu’il fait de ces émeutes est la suivante : les gens n’auraient pas mis à sac certains quartiers s’ils avaient été propriétaires de leurs maisons. En conséquence, il faut permettre aux personnes issues des quartiers les plus modestes d’accéder à la propriété. Comment faire en sorte que ces personnes qui n’ont que peu de ressources puissent y accéder : grâce au crédit pardi ! »

« Quel est l’impact d’une forte baisse des taux comme celle qu’a engagé la Fed au milieu des années 2000 ? Lorsque c’est facile de faire du profit grâce à des taux élevés, on ne va pas prendre de risque et on prête donc aux ménages “prime”, solvables. En revanche quand les taux sont plus faibles et que l’on a déjà vendu un crédit immobilier et 2 crédits consommation aux ménages prime, il faut sortir de sa zone de confort pour aller chercher du profit. Les banques se tournent alors vers des crédits plus risqués, mais dont le taux est plus élevé (car le risque est plus élevé) : les ménages subprimes. »

« Il serait donc réducteur de dire que les banquiers ont provoqué la crise de 2008. Si ceux-ci ont évidemment prêter à des ménages insolvables et joué au casino sur la valeur de SPVs qu’ils étaient incapables de valoriser, ils ont bien été poussés au crime par l’Etat. »

“Les banquiers ont causé la crise de 2008”

L’OSDH, source contestée de la guerre en Syrie

« Créée en 2006, l’OSDH se présente comme «un groupe d’individus, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays, qui documente sur la situation des droits de l’homme en Syrie et leur violation». Elle est devenue à partir de 2011 la principale source d’information des médias occidentaux sur le conflit syrien. Derrière l’OSDH, un seul homme: Rami Abdel Rahman, de son vrai nom Ossoma Suleiman, sunnite laïc, membre de l’opposition, qui vit à Coventry en Grande-Bretagne. Il n’a pas mis les pieds en Syrie depuis 2000, date à laquelle il a quitté le pays pour des raisons politiques. Rahman affirme disposer d’un réseau de plus de 200 activistes sur le terrain, qui lui permettent de centraliser et vérifier l’information »

« Peu d’experts du conflit accordent de la crédibilité aux informations de l’OSDH, et beaucoup s’abstiennent de citer ce que le chercheur Frédéric Pichon qualifie même d’«officine artisanale, sans réelle fiabilité». »

http://www.lefigaro.fr/international/2016/08/09/01003-20160809ARTFIG00148-l-osdh-source-contestee-de-la-guerre-en-syrie.php

Anachronique Cour de Justice de la République

« Christine Lagarde a été reconnue coupable, le lundi 19 décembre 2016, de « négligences » ayant permis un détournement de fonds publics de 403 millions d’euros au cours d’un arbitrage truqué dans le cadre de l’affaire Adidas-Tapie. La prévenue a néanmoins été dispensée de peine par la Cour de Justice de la République (CJR), cette dernière étant la seule juridiction compétente pour les crimes et délits commis par des membres du Gouvernement dans l’exercice de leur fonction. »

« Aucune peine de prison ferme n’a donc été prononcée par la Cour de Justice de la République, en dépit de l’examen de dossiers qui auraient sans doute connu une issue moins clémente devant une juridiction de droit commun. »

« Il s‘agit donc bien d’une juridiction de connivence, d’une justice des bons copains que certaines personnalités politiques ont beau jeu de faire semblant de découvrir aujourd’hui  »

Anachronique Cour de Justice de la République